Le Centre de Physique Théorique (CPHT) réunit des chercheurs dont les activités couvrent un large spectre de la Physique, tant dans ses aspects fondamentaux qu'appliqués.

Le CPHT est une unité mixte de recherche (UMR 7644) du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et de l’Ecole polytechnique. Au niveau du CNRS, il est rattaché à l’Institut de physique. Il est dirigé par Bernard Pire, directeur de Recherche au CNRS.

Le CPHT est implanté sur le site de l’Ecole Polytechnique à Palaiseau, dans le bâtiment 6 et dans l'aile 0 du bâtiment 5. Le secrétariat se situe dans le Bâtiment 6, bureaux 06.1046 et 06.1045. 

Comment venir au laboratoire 

Le CPHT s'articule en 6 groupes :

 

CPHT 
Ecole Polytechnique 
91128 Palaiseau cedex 
France

Tél. Secrétariat : 01 69 33 42 01
Fax : 01 69 33 49 49
Pour écrire un email à un membre du laboratoire : prenom.nom@cpht.polytechnique.fr
** ANNUAIRE DU CPHT **
 

 

Titre de la thèse : Les corrélations électroniques dans les pnictures de métaux de transition
Directeurs de thèse : Silke Biermann(CPHT) and Hong Ding (Institute of Physics, Beijing, Chine)
Thèse soutenue le 23 octobre 2014 à l'Institute of Physics, Chinese Academy of Science.

Lien

Les Prix de Thèses 2015 seront décernés lors d'une journée du Triangle de la Physique où les candidats exposeront leurs travaux.
Cette journée aura lieu le 20 novembre à l'amphithéâtre de la terrasse (CNRS, Gif sur Yvette).

Ambroise Van Roekeghem est également lauréat d'un des 11 prix de thèse 2015 de l’Ecole Polytechnique.

Français

Appliquer une tension supérieure au seuil de claquage de l’air entre deux électrodes suffit à provoquer une décharge électrique, avec une trajectoire erratique entre les électrodes, un peu comme celle des éclairs. Un faisceau laser intense permet de guider la décharge : il génère par ionisation de l’air une fine colonne de plasma entre les électrodes, qui induit un chauffage et une détente de l’air, laissant un milieu moins dense et donc électriquement moins résistant qui constitue un guide naturel pour la décharge électrique. Des travaux récents au Centre de Physique Théorique de l’Ecole Polytechnique et à l’Institut National de Recherche Scientifique du Québec ont montré que la décharge électrique peut être courbée à volonté en utilisant des faisceaux laser non-diffractants, et contourner un obstacle grâce aux propriétés d’auto-reconstruction de ces faisceaux. Ces découvertes ouvrent la voie à des applications de micro-soudure par arc électrique et de micro-usinage dans les environnements difficile d’accès.

Arc électrique  guidé autour d’un obstacle par un faisceau laser d’Airy. D’après M. Clerici et al., Science Advances, 10.1126/sciadv.1400111

Article : Laser-assisted guiding of electric discharges around objects
Matteo Clerici,Yi Hu, Philippe Lassonde,Carles Milián, Arnaud Couairon, Demetrios N. Christodoulides, Zhigang Chen,Luca Razzari, François Vidal, François Légaré, Daniele Faccio, Roberto Morandotti

Science Advances  19 Jun 2015: Vol. 1, no. 5, e1400111
DOI: 10.1126/sciadv.1400111

Autres liens :

'Iron Man' Laser: Beams Can Shape Electrical Discharges,
Scientists Used Lasers to Curve Electricity Around Solid Objects,
Could we one day control the path of lightning? Experiments show that electric discharges follow certain laser beams,
Researchers discover way to guide electric discharges through use of lasers,
Lasers Can Be Used To Bend Electricity And Control Lightning

à voir aussi : Un laser tord la lumière des éclairs, Le monde du mercredi 1er juillet 2015

Français

Comment la température de l’atmosphère du Soleil peut-elle atteindre jusqu’à un million de degrés, alors que celle de la surface de l’étoile est d’environ 6000°C ? En simulant l’évolution d’une partie de l’intérieur et de l’extérieur du Soleil, des chercheurs du  Centre de Physique Théorique (CPhT - École Polytechnique/CNRS) et  du laboratoire Astrophysique, interprétation-modélisation (CNRS/CEA/Université Paris Diderot) ont identifié les mécanismes apportant l’énergie capable de chauffer l’atmosphère solaire.

Une couche située sous la surface du Soleil, qui se comporte comme une casserole en ébullition, créerait un champ magnétique à petite échelle comme réserve d’énergie qui, une fois sorti de l’étoile, chaufferait les couches successives de l’atmosphère solaire via des réseaux de racines et de branches magnétiques, telle une mangrove. Ce chauffage de l’atmosphère, nécessaire à la création du vent solaire qui remplit l’héliosphère, concernerait de nombreuses autres étoiles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article : Small-scale dynamo magnetism as the driver for heating the solar atmosphere, Tahar Amari,Jean-François Luciani, Jean-Jacques Aly.  Nature 522, 188–191 (11 June 2015). doi:10.1038/nature14478

Télécharger le communiqué de presse

(Autres liens  : « Pourquoi le Soleil est si chaud » - Lemonde.fr du 10/06/2015; « Pourquoi fait-il plus chaud dans l'atmosphère du Soleil qu'à sa surface? » - 20minutes.fr du 10/06/2015; « Le coup de chaud autour du Soleil enfin expliqué » - Le Figaro du 11/06/2015; « Une énigme solaire résolue ? » - Sciences² (Libération.fr) du 11/06/2015; « L'atmosphère du Soleil réchauffée par sa "mangrove" » - Aujourd'hui en France du 11/06/2015; « Pourquoi l'atmosphère du Soleil est beaucoup plus chaude que sa surface » - CNRS du 10/06/2015)

 

Français

POETIC6, the 6th edition of the International Conference on the "Physics Opportunities at an ElecTron-Ion Collider", will take place at Ecole Polytechnique in Palaiseau, France from Monday, September 7th to Friday, September 11th 2015, a few weeks before the National Science Advisory Committee recommends a new Long Range Plan to the United States' DOE and NSF.

Plus de détails : Site de la conférence

POETIC6 First Announcement

Français

L’équipe de Tahar Amari, du Centre de physique théorique, en lien avec des astrophysiciens du Laboratoire astrophysique, interprétation - modélisation, a étudié une éruption solaire intervenue en décembre 2006, qui a été observée par un satellite japonais. Par leurs calculs, les chercheurs ont mis en évidence une structure caractéristique, en forme de «corde magnétique», apparaissant progressivement dans les jours précédant l'éruption, jusqu'à être complète la veille du phénomène. Les chercheurs ont montré que cette structure est nécessaire à la survenue de l'éruption.
La surveillance de ces structures magnétiques pourrait déboucher sur des systèmes de prévision fiables des éruptions solaires.

Ces résultats  font la Couverture de la revue Nature du 23 Octobre 2014

Plus de détails

Communiqué de presse

Bibliographie : Characterizing and predicting the magnetic environment leading to solar eruptions, Tahar Amari, Aurélien Canou et Jean-Jacques Aly, Nature, 23 octobre 2014. Lien

(Autres liens : « Les éruptions solaires bientôt prévisibles » - Sciences² (Libération.fr) du 23/10/2014; «Comment le CNRS compte prévoir les éruptions solaires pour protéger la Terre » -20Minutes.fr du 22/10/2014; « Le CNRS a détecté un moyen de prévenir les tempêtes solaires» - Be Geek du 22/10/2014; « Tirer sur la corde magnétique pour prévoir la météo du Soleil » - Centre Presse du 23/10/2014; « Comprendre et prévoir les éruptions solaires » - CNRS du 22/10/2014)

Indéfini