Tutelle du CNRSQuantum Matter group
led by Laurent Sanchez-Palencia

Affiliations

Partners

Publications / Popularization

Viewpoint: A speed test for ripples in a quantum system


M. Cheneau and L. Sanchez-Palencia

Physics 13, 109 (2020)

|full text (pdf)

Abstract (click on text): Settling a theoretical debate, three studies show that there is a maximum speed at which a physical effect can travel through systems of long-range-interacting particles.


Viewpoint: Constructing field theories using quantum simulators


L. Sanchez-Palencia

Physics 13, 10 (2020)

|full text (pdf)

Abstract (click on text): Quantum simulators can help researchers extract the key parameters of a quantum field theory from experiments.


Cold atoms and solid state physics


F. Chévy, X. Leyronas, and L. Sanchez-Palencia

Revue de l'Electricité et de l'Electronique 4-2012, 71 (2012)

|full text (pdf)

Abstract (click on text): A new field of research emerged in the past ten years at the frontier between atomic physics and solid state physics. Using laser light and magnetic fields to cool down and manipulate atoms, it is possible to engineer artificial materials where electrons are replaced by atoms and where all physical parameters can be controlled with high precision. Recent experiments on cold atoms have shed new light on conduction phenomena, from the influence of disorder in crystals, to the role of interactions between electrons.


Localisation d'Anderson d'atomes ultrafroids dans des potentiels optiques: Vers des simulateurs quantiques


A. Aspect, P. Bouyer, V. Josse, and L. Sanchez-Palencia

Images de la Physique 13, 87 (2009)

|full text (pdf)

Abstract (click on text): Les gaz quantiques ultrafroids permettent aujourd'hui de réaliser des systèmes modèles, à la fois très bien contrôlés expérimentalement, et calculables sur le plan théorique. A l'aide d'un désordre contrôlé, réalisé avec des tavelures optiques, ils ont permis en 2008 l'observation directe de la localisation d'Anderson d'une onde de matière. Le remarquable accord entre les données expérimentales et les prédictions théoriques ouvre des perspectives sans précédent pour réaliser des simulateurs quantiques dans des situations plus délicates à traiter théoriquement


La localisation forte d'Anderson


D. Delande, J.-C. Garreau, L. Sanchez-Palencia, and B. van Tiggelen

Images de la Physique 13, 70 (2009)

|full text (pdf)

Abstract (click on text): En 1958, Philip W. Anderson a étudié l'effet des impuretés sur les propriétés de transport électronique dans les cristaux imparfaits. Il a prédit l'existence d'un régime localisé, correspondant à une absence totale de diffusion quand le désordre est suffisamment fort, et d'une transition délocalisé-localisé (métal-isolant) avec des caractéristiques bien particulières quand on augmente la force du désordre. Cet effet, dû à des interférences quantiques, est difficile à mettre en évidence expérimentalement, car les effets parasites tels que la diffusion inélastique et les interactions électron-électron perturbent fortement le scénario d'Anderson. Aujourd'hui, la localisation forte d'Anderson a été observée dans la conductance électronique, dans la transmission des ondes électromagnétiques et des ultrasons, et directement dans l'expansion d'ondes de matière atomique (gaz atomiques froids). Les articles qui suivent présentent trois avancées importantes sur ce qui est devenu un phénomène majeur en physique : la transition d'Anderson, une transition de phase gouvernée par des effets quantiques.